Nigeria: La Dévaluation n’est pas une option


 

Afren-First-Oil-Flows-from-Okoro-Field-Extension-Nigeria

 

Ce bout de phrase est un extrait du discours du futur président de la Banque Centrale du Nigeria. Celui-ci s’oppose à la dévaluation du Naira. Selon lui le taux de change de la monnaie nigériane est correct. Cela nous conduit à notre analyse de la semaine : Pourquoi une nation dévalue sa monnaie ?

En bon Ivoirien, j’ai vécu la dévaluation du Franc CFA de Janvier 1994. Je peux témoigner comment le pays a souffert dans les mois qui ont suivi cette dévaluation. Les prix ont subitement connut une flambée. Il n’y avait plus assez de cash en circulation. Revenons cependant à la question principale : Pourquoi une nation doit dévaluer sa monnaie ?

Fondement théorique

  1. Une nation « officiellement » dévalue sa monnaie, par rapport à d’autres monnaies, quand elle « volontairement » baisse la valeur de sa monnaie par rapport à celles des autres monnaies.
  2. Le marché des taux de changes peut elle aussi faire baisser la valeur d’une monnaie par rapport aux autres, quand la demande de cette monnaie connait une baisse (attaque spéculative).

Pourquoi donc dévaluer ?

Quand le taux de change d’ une monnaie baisse en valeur, ces produits exportés(x) devinennt moins chères quand les produits importés(m) deviennent chères. Si nous définissons la balance commerciale

Nx= x-m

Alors une dévaluation va normalement augmenter la valeur des exportations par rapport aux importations. D’après ce qui a été dit :

1. une nation dévalue donc sa monnaie quand elle veut arrêter un déficit chronique de sa balance commerciale et atteindre un surplus de cette même balance.

Si nous redéfinissons x comme entrée de devises, et m sorties de devises, alors

Nx=Entrée de devises-Sortie de devises.

2. Si nous suivons la même démarche, une dévaluation va augmenter une entre devises par rapport à une sortie de devises.

3. A court terme, une dévaluation, en augmentant la balance commerciale, augmente aussi la croissance économique.

Selon les cas 1 et 2, une nation profite de la dévaluation quand son économie est fortement exportatrice de matière première. Si par conséquent, le pays est fortement tourné vers les importations, alors une dévaluation, n’aura pas d’effets sur la balance commerciale. Au contraire, elle va creuser le déficit commercial et donc augmenter la sortie de devises. Dans le cas du Nigeria, le futur gouverneur de la Banque centrale stipule qu’une probable dévaluation du Naira aura un effet dévastateur sur l’économie parce que le Nigeria est une nation qui est fortement dépendante des importations. Je lui donne raison à moitié : le Nigeria grâce à son industrie pétrolière est une nation exportatrice. Elle connait actuellement un surplus de la balance commerciale. Si  cependant le prix du pétrole connait une baisse, alors selon notre analyse, une dévaluation va creuser le déficit commercial et accentuer une sortie de devises.

 

Quand la décision politique influence le Naira

Le Naira a commencé à être en difficulté lorsque le Président Jonathan Goodluck, a limogé l’ancien gouverneur de la Banque centrale. Ce dernier a découvert un trou de Milliards de dollars dans les revenus du pétrole. Cela nous conduit au point b.

La dévaluation d’une monnaie peut être causée par le marché des changes (attaques spéculative). Quand les spéculateurs (domestiques/étrangers) commencent à émettre des doutes quant à la pratique de la politique économique d’une nation. Dans le cas du Nigeria, c’est l’Independence de la Banque Centrale est mise cause. Comme résultat, d’énormes quantités de monnaie nationales seront échangées contre d’autres monnaies.   A long terme, la quantité de monnaies domestique en circulation va augmenter. A ce niveau la hausse des couts des produits importés peut engendrer de l’inflation

Le tableau ci-dessous retrace des cas de dévaluation en Afrique. Avant dévaluation, 1 USD s’échangeait à 155 Naira. Apres une « potentielle » dévaluation 1 USD s’echangera a 170 Naira. En d’autre terme pour acquérir 1USD, il faut débourser plus de Naira. Le Naira est donc dévalué. C’est le même principe pour le Kwasha Malawi, l’ex Franc Français(FFR).

La Banque Centrale peut limiter la spéculation contre la monnaie domestique, en rendant son acquisition difficile (hausse des taux d’intérêts). Pour terminer nous allons citer le futur gouverneur de la Banque Centrale: ” la valeur du taux de change est à son niveau approprié.”

 

Advertisements