Lowering the policy rate when inflation rate is high? The logic of the central bank of Ghana


Kente is a beautiful cloth that has been woven in Ghana

The logic of monetary policy encourages the central bank to raise its rates in order to fight a galloping inflation. By increasing interest rates the central bank indirectly also fights against a loss of value of its exchange rate. When, however, a central bank adopts a policy of targeting a certain rate of inflation, it can choose to reduce its interest rate.

The central bank of Ghana decided last month to cut rates from 25.5 to 23.5, a decline of 2 points when inflation rate reaches 13.2%, well above the target value of 8%. This is an illustration of the flexibility of monetary policy aimed at targeting the inflation rate. The purpose of this article is to elucidate this monetary practice. Before going further we will define the concept of targeting interest rate

Targeting the inflation rate. In order to control the rate of inflation, the central bank can manipulate its nominal interest rate. To lower inflation (induced by demand), the central bank will increase its nominal rate. This increase will affect the components of aggregate demand (Consumption-Investment – and Net Export) thereby reducing overall demand. If the central bank want to raise demand, it will reduce the nominal interest rate. The fall in interest rate will increase the aggregate demand (Consumption-Investment – and the commercial balance). Some central banks do not have in view a given level of inflation. They acts in real time. On the other hand, other are targeting a certain rate of inflation which they consider “acceptable” for growth. This practice is called “Inflation targeting”.

Below is a list of some African countries targeting inflation:

GHANA: 8,00% +/- 2,0%

BOTSWANA: 3,00% – 6,00%

KENYA: 5,00% +/- 2,50%

MOZAMBIQUE: 5,60%

NIGERIA: 6,00% – 9,00%

SOUTH AFRICA: 3,00% – 6,0%

Ghana and Kenya have a target rate of 8% and 5% respectively, with an acceptable variation of +/- 2 and 2.5%. South Africa and Nigeria do not have a fixed rate but rather a band of variation that gives their central banks more leeway.

Why lowering interest rate when the inflation rate remains high?

In 2011, Ghana’s central bank reduced nominal interest rates as the inflation rate was out of its range of variation. Since March 2017, for the second time the central bank decided to reduce its key rate from 25.5 to 23.5, a decline of 2 points.  One of my former economics professor at the Faculty of Economics in Vienna has always pointed out: ” Economic Theory yes but context and reality first”. So there are 4 practical reasons why a central bank momentarily abandons inflation the targeting.

a. Falling inflation rate

The further decline in interest rates is in a response to a falling inflation. In Ghana, inflation has been falling nearly over five consecutive months. The most recent rate (March 2017) is around 13.5%. Since December 2016, there has been a substantial decline in prices in the country’s goods market. This is a proof that the monetary policy put in place by the Ghanaian authorities is bearing fruit. By choosing to reduce the interest rate in spite of its 8% inflation target policy, the central bank of Ghana indirectly shows its flexibility. The Ghanaian authorities no longer seem to stick to the famous 8%, which according to them is the target rate of the medium term. In the short term, however, the target of 11.5% is deemed to be achieved before the end of the year.

 b. Reinvigorating growth through a return of private investment

Another reason for the central bank to reduce its rate, comes from a business community. According to the latter, the interest rate of 25.5% would be too high and would discourage investments. Althoug the economic cycle may push the central banks away from the targeted inflation rate, most of them have their eyes on economic growth.

c. Accomodating to fiscal policy

The central bank decided to reduce the nominal rate to accommodate the effects of fiscal policy. The Ghanaian government is supposed to engage in a broad program of public spending that will raise real interest rates. By lowering its nominal rates the central bank central bank gives more room to fiscal policy.

d. Improving currency exchange rate

The other good news comes from the foreign exchange market. Recently the Cedi has stopped bleeding. It has indeed gained 8.5 points. When the Bank of Ghana adopted the inflation target it was facing a depreciation of its currency. The increase in interest rates was also aimed at raising the exchange rate. The fairly good posture of the Cedi vis-à-vis of other mains currency(Dollars and Euro), if continues, will allow more cuts.

Francis Konan

Mounou Konan Global Economic Consulting

Advertisements

CROISSANCE ECONOMIQUE 2016 QUAND L’AFRIQUE AU SUD DU SAHARA S’ECROULA


slow-economic-growth

Je n’ai pas eu le temps de consulter à temps le dernier rapport du FMI sur la croissance des pays en Afrique au Sud du Sahara. Après avoir examiné ce rapport je suis tombé en désuétude. Je vous dirai pourquoi

Quand on considère la croissance régionale, l’Afrique au Sud du Sahara le taux de croissance du PIB en 2015 était de 3.4%. En 2016 la croissance a été de 1.4% soit presque la moitié. L’une des principales causes de cette faible performance provient de la baisse de l’activité des pays exportateurs de pétrole. Cette baisse est passee de 2.6% à -1.3%. Dans le groupe des pétroliers, le Nigeria a confirmé mes doutes. Toute l’année le pays a lutte contre une chute de son taux de change associe avec une baisse des devises. Elle a même dévalué sa monnaie pour relever son taux de compétitivité. Cela n’a rien changée. Le taux de croissance n’a pas survécu a tous ses chocs externes. Le taux des exportations paraport au PIB est reste constant a 9% entre 2015 et 2016. C’est le taux le plus faibel depuis 2004. Comme preuve la balance commerciale a chuté de 111% en 2015 à 101.1% en 2016. Le pays a fini l’année dans la zone négative avec un recul de la croissance aux alentours de – 1.7%. C’est la première fois sur une période de onze années ou le taux de croissance est négatif.

Un autre gros pétrolier qu’est l’Angola a évité de justesse de tomber dans la zone négative quand on prend en compte le taux de croissance globale. En 2015 elle a obtenu 3% de croissance économique en 2016 la croissance économique est tombe à 0%. En prenant cependant en compte la croissance économique dans le secteur non pétrolier, l’Angola est pris au piège dans la zone négative avec un recul de la croissance à -1.6%. Le pays continue de lutter contre une inflation capricieuse qui a triplée en l’espace de 12 mois passant de 14.3 en 2015 a 48%. Quand on jette un regard dans la caisse de l’état on constate que la situation s’est empiree à cause de la chute des revenus de l’état suite à une baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux.

Une autre raison de la débâcle économique aurait sa source dans la faible performance des pays habitués a une forte croissance dans le passé. Ce sont les pays comme l’Ethiopie (10.2 en 2015, 6.5 en 2016), Mozambique (6.6 en 2015, 4.5 en 2016) la Republique Democratique du Congo(6.9 en 2015, 3.9 en 2016). Le Ghana est en train de perdre sa position d’antan. Depuis 2013, la hausse du taux de croissance est en baisse. Elle etait de 3.9 en 2015 et a rechutte a 3.3%

Monetary Policy of the Central Bank: The case of South-Africa and Nigeria


the_nature_of_south_africa_by_hmsdexter

Which monetary policy should a central bank adopt when faced with both insubordinate inflation and weak economic growth?

According to Theory, the central bank to fight inflation must indeed increase interest rates. The effect of this policy, however, depends on the origin of inflation. That is why the central bank must be careful in adopting this measure. It is likely to slow or erode economic growth. If the central bank is more interested in targeting a certain measure of inflation, then it will choose a manipulation of interest rates. We will see the case of two African countries Nigeria and South Africa. The main source of dollar or currency in the country comes from oil exports. The other source of foreign currency comes from foreign investments in the country. When crude oil prices and foreign direct investment are down, the country has fewer currencies. In order to import products, economic agents with foreign currency months will therefore increase the cost of imported products, which will increase the overall price level. This phenomenon is known as cost inflation. After analyzing the origins of the inflation, it would be important to know how the real sector is doing?

NIGERIA

1. Prices

The latest publications of inflation statistics are alarming. Inflation rose from 18.5% in November to 18.6% in December, marking the largest increase since October 2005. Annual average inflation continued to rise, from 15.0% in November to 15, 7% in December, an increase of more than ten years. One of the reasons for this situation is the shortage of dollars caused by the fall in crude oil prices, Nigeria’s main export. The main source of dollar or currency in the country comes from oil exports. The other source of foreign currency comes from foreign investments in the country. When crude oil prices and foreign direct investment are down, the country has fewer currencies. In order to import products, economic agents will need more foreign currency. The shortage of external currency will led therefore to an increase the cost of imported products, which will affect the inflation rate. This phenomenon is known as cost inflation. After analyzing the origins of the inflation, it would be important to know how the real sector is doing?

2.The Gross Domestic Product (GDP)

According to the table below, the rate of growth of the GDP seems to rejoice itself in the negative zone. There is no need to have a PhD in economics to conclude that Nigeria experienced a recession during the year 2016.

3. The Central Bank and the interest rate

According to the situation of the real sector and the dynamic of inflation, the central bank of Nigeria is facing:

a.The highest price increase since October 2005.

b. Weak economic growth.

In such an atmosphere which monetary policy do we apply? To counter cost inflation, the central bank can raise interest rates. This is the normal route taken by this country for almost a year. It increased its rates from 11% in February to 12% in March. This rate will be maintained at the same level between March and June 2016 when from July 2016 to January 2017 it will rise to 14%. Despite its different manipulations of interest rates, inflation continued to climb showing the limitations of monetary policy. At the same time growth has continued to contract.

SOUTH AFRICA

1. Prices

According to the publications of the Central Bank of South Africa the rate of inflation climbed 6.6 in November 2016 to 6.8 in December. Unlike Nigeria, where the main source of inflation is linked to shortage of foreign exchange, inflation in South Africa (which enjoys fairly solid reserves) is the result of domestic factor (food, housing). In Nigeria, the strong correlation between gasoline prices and transport was the basis for rising inflation. In South Africa, transport cost inflation was negative in December 2016.

The Central Bank and the interest rate

According to the situation of the real sector and the dynamics of inflation, the Central Bank of South Africa therefore does the following:

a. The largest price increase 6.8% since February 2016 (7%).

b. economic growth.

In such an atmosphere which monetary policy to adopt? To combat cost inflation, the central bank can increase its interest rates. This is the normal route for this country. It increased its rates from 6.75% in February to 7% in March 2016. This rate will be maintained at 7% between March 2016 and January 2017. South Africa had succeeded in bringing its economy out of the red zone.

The different points of this analysis

a. One of the reasons for the rise in inflation is the shortage of dollars caused by the fall in crude oil prices, Nigeria’s main export when in South Africa inflation is the result of domestic factor (price increase of food and housing)

b. Nigeria experienced a recession during the year 2016 when South Africa remained stagnant toward the end of the year 2016. Despite its different manipulations of interest rates inflation in Nigeria continued to climb revealing the limitations of monetary policy. Nigerian should maybe try to look for a way to boost back growth through a sound fiscal policy.

 

Politique Monetaire de la Banque Centrale


Quelle politique monetaire une banque central doit -elle adopter quand elle fait face a la fois a une inflation insurbordonee et une faiblesse de la croissance economique?

Selon la Theorie, la banque centrale pour lutter contre une inflation doit en effet augmenter les taux d’interets. L’effect de cette politique depend cependant de l’origine de l’inflation. C’est la raison pour laquelle la banque centrale doit faire attention en adoptant cette mesure. Elle risque de freiner ou d’empirrer la croissance economique. Si la banque centrale est plus interesser a cibler une certaine mesure de l’inflation, alors elle optera pour une manipulation des taux d’interets. Nous allons voir le cas de deux pays africains le Nigeria et l’Afrique du Sud.

LE NIGERIA

1. les Prix

Les dernieres publications des statistiques de l’inflation sont alarmantes. L’inflation est passée de 18,5% en Novembre à 18,6% en Décembre, marquant la plus forte hausse depuis octobre 2005. L’inflation moyenne annuelle a continué de progresser, passant de 15,0% en novembre à 15,7% en décembre, soit une hausse de plus de dix ans. L’une des raisons expliquant cette situation est la pénurie de dollars causée par la chute du prix du brut, la principale exportation du Nigeria. La principal source de dollar ou devise dans le pays provient des exportations de petrole. L’autre source de devises provient des investments etrangers dans le pays. Qaund les cours du brut et les investissements Directes etrangers sont a la baisse, le pays a moins de devises. Pour importer les produits les agents economique ayant mois de devises etrangeres font donc fasse a une hausse des couts des produits importees, ce qui affectera a la hausse le niveau generale des prix. Ce phenomene est connut sous l’appelation de l’inflation par les couts. Apres l’analyse des origines de l’inflation, il serait important de savoir comment le secteur reel se porte?

  1. Le Produit Interieur Brut(PIB)

selon le tableau ci-dessous le taux de croissance du PIB semble se rejouir dans la zone negative. On a pas besoin d’un Phd en economie pour conclure que le Nigeria a connue une recession pendant l’annee 2016.

cb1

3. la Banque Centrale et les taux directeurs
Selon donc la situation du secteur reel et de la dynamique de l ‘inflation, la banque centrale du Nigeria fait donc fasse a:

a. la plus forte hausse des prix depuis octobre 2005.

b. une faiblesse de la croissance economique.

Dans une telle atmosphere qu’elle est la politique monetaire a adopter ? Pour lutter contre l’inflation par les couts la banque central peut augmenter ses taux d’interets. C’est la voie normale qu’emprunter ce pays depuit pres d’une annee. Elle va augmenter ses taux de 11% en Fevrier a 12% en Mars. Ce taux sera maintenu a la meme enseigne entre Mars et Juin 2016 quand de Juillet 2016 a Janvier 2017 il va passer a 14%. Malgre ses different manipulations des taux d’interets l’inflation a continuer a grimper temoingnant la limitations de la politique monetaire. Dans le meme temps la croissance a continuer a se contracter.

L’AFRIQUE DU SUD

1. Les Prix

Selon les publications de la banque centrale de l’Afrique du Sud le taux de l’inflation a grimpe 6.6 en Novembre 2016 a 6.8 en Decembre. Contrairement au Nigeria ou la source de principal de l’inflation est liee a la penurie de devises. l’inflation en Afrique du Sud beneficie de reserves assez solides. Son inflation est plus tot le resultat de facteur domestiques (aliments. Logements). Au Nigeria la forte correlation entre les prix de l’essence et le transport a ete la base de la hausse de l’inflation. En Afrique du Sud l’inflation des couts de transports a ete negative en Decembre 2016.

2.  Le Produit Interieur Brut(PIB)

Comme le tableau le montre ci bien, l’economie Sud Africaine est restee stagnante

cb2

tout le long du second semestre de l’annee 2016. Contrairement au Nigeria, le pays a reussi a sortir de la zone negative, grace a une hausse de la production dans le secteur minier.

  1. la Banque Centrale et les taux directeurs

Selon donc la situation du secteur reel et de la dynamique de l ‘inflation, la banque centrale de l’Afrique du Sud fait donc fasse a:

a. la plus forte hausse des prix 6.8% depuis Fevrier 2016(7%).

b. une certaine reprise de la croissance economique.

Dans une telle atmosphere qu’elle est la politique monetaire a adopter? Pour lutter contre l’inflation par les couts la banque central peut augmenter ses taux d’interets. C’est la voie normale qu’emprunter ce pays. Elle va augmenter ses taux de 6.75% en Fevrier a 7% en Mars 2016. Ce taux sera maintenu a la meme enseigne de 7% entre Mars 2016 a Janvier 2017. l’Afrique du Sud a eu donc le merite de faire sortir son economie de la zone rouge.

Les Differents points de cette analyse

a. L’une des raisons expliquant la hausse de l’inflation est la pénurie de dollars causée par la chute du prix du brut, la principale exportation du Nigeria quand celle-ci en Afrique du Sud est plus tot le resultat de facteur domestiques (aliments. Logements)

b. le Nigeria a connue une recession pendant l’annee 2016 quand celle de l’Afrique du Sud est restee stagnante dans la fin de l’annee 2016. Malgre ses different manipulations des taux d’interets l’inflation au Nigeria a continuer de grimper temoingnant la limitations de la politique monetaire. Dans le meme temps la croissance a continuer a se contracter.

Francis Konan

2016 En Chiffres


abstract tribal ethnic patterns

Comme d’habitute a la fin de chaque annee,
je fais le bilan de l’activite de mon blog.

Vues et visiteurs 2016
%%%%%%%%%%%%%
le blog a recu un nombre de 1088 vues
parraport a 984 l’annee 2015. Ceux qui on
consulte(visiteurs) les articles pour 2016
sont au nombre de 786. Le nombre moyen
de vue par visiteurs est de 1.38 par jour. en
d’autres termes tous les jours le site a ete
visite et consultes par 1.38 clicks. l’annee
2015 a recu 1.47 clicks. le plus grand
nombre de vues par visiteurs est de 24.60
datant de l’annee 2012. Les annees 2010 et
2011 ont eu les record les faibled de 0
visiteurs(aucune persone n’a consulte le
nombre de 16 articles sur les deux ans)

sujets consultes
%%%%%%%%%%
En 2016 465 personnes ont visite la page
d’acceuils quant en 2015 ce chiffre tablait le
nombre de 318. Les trois article les plus lus
sont:
1/ 94 vues: Pays emergents au sud du sahara et la reduction de l’extreme pauvrete: Le Ghana en tete les autres a la traine. En 2015 cet article a ete classe le plus lus du blog avec 106 visiteurs
2/57 vues: Performance Economique et Bonne Gouvernance : Le cas des sept meilleures économies de l’Afrique au Sud du Sahara
3/50 vues:Economie de developpement et economie politique de l’emergence: Pourquoi ces deux son inseparables

Visiteurs par pays
%%%%%%%%%%%%
Sur les 1088 vues, la France vient en tete avec 363 vues suivit des Etats Unis avec 292 vues.La Cote d’Ivoire est en troisiemme position avec 62 vues. Depuis la creation du blog, ces trois pays on domine le nombre vues et de visiteurs. Outres ce trio, le Senegal; le Canada et le Cameroun forment le second trio du grand nombre de visiteurs

Voila en quelques mots le resume des activites de mon blog. Grand merci a tous mes lecteurs et esperons que 2017 sera encore une annee de succes pour tous.
Bonne annee 2017

 

USA: Plein emploi et croissance molle, le nouveau dilemme


Dans le mois d’avril 2016, le président de la banque centrale de San Francisco proclamait avec confidence:«We’re basically at full employment, that’s very good news.»
Traduction :« Nous sommes en période de plein emploi, c’est une très bonne nouvelle ». Effectivement, l’économie américaine vit en ce moment une situation de plein emploi avec un taux de chômage naturel aux alentours de moins de 4,9%.
Techniquement, le plein emploi traduit une situation où les ressources du pays (main-d’œuvre et capital physique) sont utilisées d’une façon efficiente. Sur le marché du travail, dans une phase de plein emploi, le seul taux de chômage existant est le chômage naturel.

PIB du deuxième trimestre
Cons=consommation des menages, Inv=Investissement NX=Ballance commerciale, G=Depenses publiques

Selon le tableau ci-dessus, la consommation des ménages (Cons) a été le moteur principal de la croissance. L’investissement brut (Inv) a connu une chute de 1,68%. La balance commerciale (NX) en demeurant dans la zone positive a résisté à un dollar en hausse.
L’économie américaine a augmenté sa production intérieure brute à 1,2% quand les estimations de Wall Street prévoyaient 2,6%, basées sur le fait que le premier trimestre avait eu une hausse de 1,1%.
Si nous prenons seulement en compte la croissance réelle du premier trimestre (0,8%) et celle du deuxième trimestre (1,2%), le PIB est à la hausse. C’est une bonne chose, mais insuffisante, car la hausse est en deçà des estimations. Pour comprendre le fond du problème, il faut cependant revenir au deuxième trimestre de l’année 2015 pour constater une chute progressive du PIB.

Elle était de 2% au troisième trimestre de 2015, 0,9% au quatrième et de 0,8% au premier trimestre de 2016. Ce qui pose problème, c’est le fait que la baisse tendancielle du PIB est associée avec une baisse du niveau du chômage. La situation de plein emploi n’est-elle pas supposée se répercuter sur une hausse de la production? En d’autres termes, l’utilisation efficiente des ressources n’est-elle pas supposée faire grimper la production de biens et services? Pour encore appuyer mes appréhensions, le marché du travail a créé près de 255000 nouveaux emplois pour le mois de juillet largement au-dessus des prévisions de 155000. Dans le mois de juin, l’économie américaine a créé 292000 nouveaux emplois.

Faiblesse de la productivité
Cette situation ne peut s’expliquer que si la productivité du travail est en baisse. Cela s’est pour autant confirmé dans le rapport du département du Travail qui a publié une baisse de la productivité du travail de 0,5% pour le second trimestre. La productivité marginale du travail est une hausse additionnelle d’une unité de production intérieure suite à une hausse de l’emploi. La dynamique de cet index serait la clé pour expliquer la situation actuelle de l’économie américaine.
La dynamique du marché de l’emploi est le reflet d’une hausse de la demande boostée par une consommation intérieure très dynamique. Les entreprises n’ayant pas besoin d’augmenter a priori la production compte tenu du niveau du stock élevé, celles-ci ne peuvent qu’augmenter l’emploi pour faire face à cette hausse de la demande. C’est la raison essentielle qui explique cette faible hausse du PIB. Aussi longtemps que les stocks des entreprises et les demandes de biens et services seront élevés, face à une hausse de la demande, les entreprises continueront d’embaucher sans pour autant produire.

Taux de croissance économique = taux de croissance de l’emploi +/- taux de change de la productivité
Selon cette équation, un faible taux de change de la productivité de l’économie américaine en face d’un regain de l’emploi pourrait freiner la croissance. Est-ce le cas maintenant? Le troisième trimestre prochain seraà mon avistrès critique. Pourrait-on assister à une reprise des investissements privés? La consommation des ménages pourra-t-elle s’essouffler?

FRANCIS KONAN

US fourth quarter: Behind the famous 0.7% GDP growth


US fourth quarter: What is behind the famous 0.7% GDP growth?

As policy analyst I would like to start by this equation of the global demand:
Y=C+G+In+X-M where C= Consumption, G=Public expenditure, In= Fixed investment, X=Exports and M=Imports
According to the report,  inventories(part of the investments) and trade(Export-Import)are the components that brought growth down.

 

International oil price is no more an exogenous but endogenous variable

A detailed investigation revealed that inventories of oil companies went down because of low oil prices.Spending on mining exploration, wells and shafts dropped at a 38.7 percent rate after plunging at a 47.0 percent pace in the third quarter. This is the new “done” in the american economy. the  economy is no more dependent of international oil import. Since the day the nation got heavily involved in the oil business (North Dakota exploration field) any kind of price disturbance is proned to affect the whole investment component.

Are we in a dynamic of a new business cycle?

The sharp decline of business spending on equipment(from a 9.9% increase in the 3rd quarter to a contraction of 2.5%) is worrisome for me.Would this mean a weak demand is taking place? I am not so sure but, I am eager to see the value of this index for the first quarter of 2016.

Strong dollar is getting painful for the trade balance

according to the report, the dollar which gained 11% against the main currencies since last January is hurting the US export. The strong dollar created a trade deficit(X-M) of 0.47%. This is one reason for me that could bring the Fed to think twice before hiking his rate. Any future hike in the rate could translate to a high dollar. Things could even get worse if the weak  global demand persists.

Francis Konan

Mounou Konan Global Economics Consulting

La loi fondamentale de l’offre et de la demande et la crise énergétique Pétrolière de 2016.


La crise pétrolière de 1973 est citée comme la principale cause de la récession économique qui a suivi l’année suivante. Pour protester contre le soutient américain  a Israël dans la guerre du Yom-Kippur, les pays producteurs de pétrole vont maintenir un embargo de la production du brute. Comme pour conséquence le prix du baril passa de $3 a $12dollars plongeant ainsi la grande partie des pays dépendant du pétrole dans une récession sans précédente.

Le scenario de 1970

Dans le milieu académique, la crise du pétrole de 1973 est un exemple classique  pour expliquer un choc de l’offre globale. Referons nous a au tableau ci-dessous

Selon le schéma ci-dessus, un embargo sur le prix crée un déficit de l’offre par rapport à la demande. Les entreprises faisant face à une hausse des couts de production vont  donc réduire la production. Sur notre schéma, la baisse de la production est caractérisée par un déplacement de l’offre globale AS vers la gauche. La baisse de la production par rapport à la demande propulse les prix à la hausse. Le nouvel équilibre est caractérisé par P ’et Y’. Vous avez en terme très simple, le résumé de la récession de 1974.

Le scenario de 2000

En début de l’année 2000, le prix du baril va augmenter abruptement mais pas au niveau de celui de 1070. La raison principale de cette augmentation réside dans la  hausse de la demande du pétrole provenant de la Chine et des pays émergents. Si nous reprenons le schéma ci-dessous, une hausse de la demande est caractérisée par un déplacement de la demande vers la droite.

La hausse des prix du pétrole  de 2000 est due à un regain de la demande quand celui de 1970 à sa cause dans la faiblesse de l’offre par rapport à la demande

Le scenario de  Janvier 2016  

Depuis le début de l’année 2016, le prix du baril n’a fait que baisser. Il a atteint la barre de $29.9 il  y a tout juste une semaine. Du jamais vu depuis 2002. Certains analystes prévoient la chute continuelle jusqu’à ce qu’une hausse de la demande de la Chine et des pays émergents puisse pousser les prix vers le nord. Comment en sommes-nous arrivée à cette situation? Demander mon avis et je vous dirai deux choses : la situation des prix du pétrole provient d’une part  du principe fondamentale de l’économie de l’offre et de la demande et d’autre part d’un simple fait de spéculation.

Principe de la loi de l’offre et de la demande

Prenons un  marchée, offre, demande et prix d’équilibre! Quel serait l’effet sur les prix si par exemple l’offre augmente très fortement quand la demande est sois stagnante ou à la baisse? Une situation de surproduction du pétrole  associée à une baisse de la demande crée incontestablement une baisse des prix.  Comme en 2000 ou la hausse des prix provenaient de la hausse de la demande en Chine et des pays émergents, en 2016 on pourrait citer le même argument.

  1. Baisse de la demande

Prenons d’abord la Chine, tout a commencé par la baisse de l’index de la production industrielle. Cette baisse indirectement affecte la demande de pétrole qui une des premières ressource industrielle dans ce pays. Le changement structurel de l’économie chinoise vers une économie de consommation de biens et service au détriment d’une économie d’exportation serait une explication de la baisse des prix du pétrole.

Du côté des pays émergents, à part l’Inde qui connait une croissance stable, les autres membres du BRICS se cherchent. La Russie est en récession depuis je ne sais quelle année, quand le Brésil  combat contre les vieux démons de l’inflation et d’un déficit budgétaire inquiétant. L’Afrique du Sud continue de lutter contre le freinage  de son économie qui a du mal à atteindre une certaine vitesse de croisière.

Hausse incontrôlée de la production

A mon avis c’est le territoire  du no man’s land. Le temps est révolue ou le cartel de l’OPEP avait le pouvoir contrôler l’offre du pétrole. Beaucoup d’états individuels sont engagés dans la production tout azimut de la brute. Les États unis qui depuis longtemps était un net-importateur sont maintenant engagés dans la production de pétrole la plus importante de leur histoire. La surproduction du pétrole est aussi en effet le résultat de couts de production qui sont en baisse du a une avancée de la technologie de forage. Il y  20 ans il fallait 10 ans pour extraire le pétrole après découverte. Aujourd’hui il faut seulement 5 ans pour extraire après découverte.

L’effet psychologique de la spéculation

Les spéculateurs ont aussi un rôle à jouer dans la baisse des prix. En fonction de plusieurs changements éco-géo-politique, ils prévoient une baisse continuelle des prix. Comme argument ils énoncent la levée de l’embargo sur l’Iran qui serait un nouveau venu dans le territoire surpeuplé des producteurs de pétrole.  Un sentiment général de peur est le plus grand ennemi de l’économie du pétrole. Dans le moyen terme le prix du pétrole pourrait revenir à son niveau d’équilibre.

 

Courrons-nous vers une nouvelle récession? Je ne crois pas parce que la dernière fois que le pétrole a été la cause d’une récession remonte à 1970.  De nos jours à cause de la structure du marché du pétrole, il serait pratiquement impossible  d’arriver à une telle situation.

**Article paru dans le Journal Financial Afrik suivez le lien

ABC de l’Economie : Les causes de l’nflation au Malawi


 

Je me suis trompé moi qui pensais que cette pratique était déjà révolue. Je vais être plus spécifique. Vingt-années au paravent, la source principale de l’inflation résidait dans la pratique du « Seigneuriage ». C’est quoi en effet le Seigneuriage ?

Quand l’état utilise son pouvoir discrétionnaire pour imprimer de l’argent en vue de financer ses dépenses, on parlera donc de l’effet de Seigneuriage des dépenses publiques. De nos jours, il sera rare de trouver des états imprimant de l’argent pour financer leurs programmes. Ceux-ci ont le choix entre :

  1. s’endetter auprès des entreprises
  2. financer leurs dépenses par le trésor public
  3. financer leurs programmes par le biais de l’aide international

Le cas du Malawi est unique en ce sens que le pays disposait d’un aide internationale pour financer son déficit budgétaire. Suite cependant à un scandale de dilapidation de ces fonds(Cashgate), en 2013 les donneurs on réduit leur soutiens au pays, poussant l’état à utiliser la méthode du Seigneuriage (imprimer de l’argent pour financer ses dépenses). Comme conséquence, cela a fait gonfler l’inflation a un taux de près de 37%  en fin 2012.

malawi-inflation-cpi

Une autre source de l’inflation dans ce pays provient de la mauvaise récolte des produits agricole. La reprise de l’inflation qui semblait être sous-contrôle entre 2013 et 2014 a resurgit en 2015 poussant le taux à 24.60%.

 

Conclusion

Le seigneuriage des dépenses publiques en 2012 et la mauvaise récolte du début de l’année 2015 sont les causes de l’inflation au Malawi.

 

@MK Global Economic Consulting

 

 

%d bloggers like this: