Emergence économique et Commerce inter frontalier : Quand les premiers sont les derniers.


 

26163

 

Ils sont aux nombre de 7 pays  de l’Afrique au Sud du Sahara (Nigeria-Ethiopie-Ghana-Cote d’Ivoire-Sénégal-Tanzanie et Mozambique) à connaitre ces dix dernières années une croissance économique  soutenue. Leurs économies sont citées en exemple par les instituions internationale. Dans sa récente parution 2015 Doing Business  a révélé biens de progrès en matière du climat des affaires pour la plus part de ces pays. Par exemple la Cote d’Ivoire et le Sénégal font partie des pays ayant effectué le plus de reformes en matières du climat des affaires dans la période 2013/2014.  Le Nigeria a enregistré une totale 34 amélioration dans le domaine du climat des affaires. Il y a un domaine par contre dans lequel, ces géants de l’Afrique au Sud du Sahara ne font pas bonne figure : le Commerce inter-frontalier.

Notre analyse a en effet le but de présenter la performance de ces pays en en voie d’émergence en matière de commerce inter-frontalier. Nous nous sommes appuyées sur le cout des exportations, qui est sans doute un indexe qui reflète au mieux la compétitive internationale de ces pays. Si de plus en plus on cite la demande domestique, comme engin de la croissance économique, dans les pays en voie d’émergence, il ne faut pas reléguer au dernier plan le secteur de l’exportation des matières premières qui a pendent très longtemps soutenue l’économie de  ces pays.

Production Intérieure Brute(PIB)

Ils sont aux nombre de 7 pays  de l’Afrique au Sud du Sahara (Nigeria-Ethiopie-Ghana-Cote d’Ivoire-Sénégal-Tanzanie et Mozambique) à connaitre ces dix dernières années une croissance économique  soutenue. Leurs économies sont citées en exemple par les instituions internationale. Dans sa récente parution 2015 Doing Business  a révélé biens de progrès en matière du climat des affaires pour la plus part de ces pays. Par exemple la Cote d’Ivoire et le Sénégal font partie des pays ayant effectué le plus de reformes en matières du climat des affaires dans la période 2013/2014.  Le Nigeria a enregistré une totale 34 amélioration dans le domaine du climat des affaires. Il y a un domaine par contre dans lequel, ces géants de l’Afrique au Sud du Sahara ne font pas bonne figure : le Commerce inter-frontalier.

Notre analyse a en effet le but de présenter la performance de ces pays en en voie d’émergence en matière de commerce inter-frontalier. Nous nous sommes appuyées sur le cout des exportations, qui est sans doute un indexe qui reflète au mieux la compétitive internationale de ces pays. Si de plus en plus on cite la demande domestique, comme engin de la croissance économique, dans les pays en voie d’émergence, il ne faut pas reléguer au dernier plan le secteur de l’exportation des matières premières qui a pendent très longtemps soutenue l’économie de  ces pays.

Production Intérieure Brute(PIB)

Le tableau en dessous, montre la performance économique de nos 7 pays en 2014, l’Anne ou le Doing Business a récolté l’index de du commerce frontalier. Comme on le voit le Nigeria se positionne en tête du groupe avec une force de production de près de 160 Billions de dollars.  Le Nigeria est suivit de loin par le Ghana avec 48.14 et l’Ethiopie 47.53 Billions. Au milieu du tableau la Tanzanie occupe la 4eme place avec 33.23. La Cote d’Ivoire le Mozambique et le Sénégal ferment la marche.

Le Cout à l’exportation

L’Ethiopie a le cout à l’exportation et de manutention le plus élevée du groupe. Cela est dû en partie de sa position de pays enclavé. L’Ethiopie doit passer par des pays comme le Kenya, la Tanzanie, pour faire acheminer ses produits à l’exportation. Une autre explication, pourrait provenir du manque d’infrastructure ce qui rend le cout du transport de la manutention (1570 Dollars) le plus élevé du groupe.

La Cote d’Ivoire est le second pays ou les couts à l’exportation (1390 Dollars) sont les plus élevés. Les couts de manutention dans ce pays sont en 2eme position des plus élevés après l’Ethiopie. Pourrait –t-on citer les mêmes arguments pour expliquer  la position de la Cote d’Ivoire? Ce pays a un accès à l’océan Atlantique, et une infrastructure routière légèrement en avance sur les autres du groupe. Pourquoi  a-t-elle un cout de transport et de manutention si élevé?

Le Nigeria est lui aussi une grande interrogation du groupe. L’économie la plus puissante du groupe avec 170 Billions de Dollars du PIB est en troisième position concernant le cout élevé des exportations (1380). Le pays est connu pour sa force industrielle du pétrole qui lui fournit près de 60% des revenus à l’exportation. Le Nigeria a lui aussi un accès à l’Océan Atlantique et possède l’une des meilleures infrastructures du continent. Cela n’empêche pas qu’elle occupe  la troisième place par rapport aux couts élevés de transport et de manutention de 750 Dollars.

Le Sénégal vient en 4eme position avec 1225 Dollars de cout à l’exportation. Elle a cependant  les couts de manutention les plus faible du groupe 495 Dollars. Ce faible cout peut provenir de la qualité des infrastructures portières et aussi de l’expérience en matière de manutention.  Le Sénégal est suivi par la Mozambique  en 5em position avec un cout d’exportation de 1100 Dollars. La part des couts de manutention et de transport est de 600 Dollars.  Le Mozambique a réussi dans ces dix dernières années à hisser son économie parmi les plus performantes du continent.  Les deux pays ayant le cout à l’exportation les moins élevés sont la Tanzanie avec 1090 Dollars, à la 6eme place et le Ghana avec 875Dollars à la 7eme position. Le Ghana révèle un fait bien troublant. Elle est  l’économie ayant le cout à l’exportation le plus faible  par contre n’occupe pas la première position en matière de cout de manutention. Il est surclassée de loin par le Sénégal en deuxième position para port au cout de manutention le plus faible.

Quand on fait une analyse par rapport à la part des couts de manutention vis-à-vis du cout d’exportation  le Ghana  a le taux de couverture de manutention le plus élevé (68 %). Il est suivi par l’Ethiopie (66%) à la 6eme position et de la Cote d’Ivoire (65%) a la 5eme. Le Mozambique  suit a la 4eme position avec 56% .Le Nigeria géant de l’Afrique au sud du Sahara suit de près avec 54% à la 3eme position suivie de la Tanzanie en 2em position avec 52% de couverture manutention.  Le Sénégal vient en première position avec un taux de (40%)

Conclusion

Cette étude a permis de repérer les pays les plus compétitifs en matière de couts à l’exportation. Le Ghana possède le cout à l’exportation le plus faible (875 Dollars). La part des couts de transports et de manutention  600 Dollars soit 68%.57 avale  cependant une grande partie des couts d’exportation.  Le même scenario pourrait s’appliquer à l’Ethiopie sauf que ce pays a le cout d’exportation le plus élevé du groupe. Cette position est largement due à un cout de transport et de manutention 1570 Dollars soit 66% du cout à l’exportation. Le Sénégal est le pays avec le cout de transport et de manutention le plus faible 495 Dollars soit 40.4%.

Les pays qui ont du travail à faire pour réduire le cout de la manutention et du transport lié à l’exportation sont :

  1. L’Ethiopie
  2. Le Ghana
  3. La Cote d’Ivoire

Francis Konan est économiste, diplômé de l’Université d’Economie et de Gestion de Vienne (Autriche), diplômé de l’Institut des Etudes Avancées de Vienne (Autriche), diplôme de la Faculté des Sciences Economiques & Gestion de l’Université d’Abidjan (Cocody)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s