La Chine plie l’échine ! Doit-on s’inquiéter?


ImageUn de mes anciens professeurs de macro-économie à l’Université économique de Vienne, ne cessait de nous répéter : «  il faut surveiller la  dynamique  d’une economie en surchauffe comme du lait sur le feu, un peu de distraction et le tout peut exploser ». Peut-on appliquer ce dicton à l’economie chinoise ? Une chose est sure c’est que l’economie chinoise ne semble pas être en état de surchauffe.

La vapeur commence à diminuer !

Les autorités chinoises ont prévue 7.5% de croissance du PIB réel pour l’annee 2012. Il faut rappeler que sur les sept dernières années la Chine  a connu un taux de croissance moyen de 10.9%.  Cela était dû en partie à la politique commerciale agressive, ayant sa source dans les exportations. La baisse des exportations chinoise jugulée avec une consommation sans répits des ménages,  pourrait rééquilibrer la balance du compte courant. Avec cependant la forte demande d’importation de biens industriels, la Chine a expérimenté pour la première fois en dix ans un déficit mensuel ($31Billions) de son compte courant.  En terme simple la Chine a moins vendu qu’elle a acheté de l’extérieur. Jusque-là les troubles de la Chine pourraient provenir de la faiblesse des exportations.

Ce qui cependant commence à troubler le sommeil des autorités  sont les signes inhérents  à l’economie domestique. Suivez le tableau du bas

Le tableau ci-dessus résume en quelques points l’image économique du pays au premier trimestre de 2012. La production industrielle du premier trimestre est légèrement en dessous de son estimation. Cette baisse de la production serait liée à une baisse de la demande d’exportation. Le secteur industriel est l’un des poumons de l’economie chinoise et une baisse d’activité dans ce secteur, pourrait être le signe d’un ralentissement à la fois de la demande nationale et extérieure. Ce qui cependant attire mon attention est la forte rechute du commerce de détails, dans la même période ou dans le passé il a été élevé. La baisse de l’inflation serait le résultat d’une politique monétaire restrictive et non celle associée  à la baisse de la demande domestique. Le montant du crédit alloué à l’economie lui aussi  s’est coincé en dessous des estimations (750 Billions de yuan). Selon le tableau, le niveau de l’investissement national a dépassé les estimations confirmant encore que la Chine est toujours ce grand chantier d’infrastructure économique.

Doit-on s’inquiéter ?

J’ai lu et écouté les réactions « épidermiques » de certains analystes qui a mon avis sont un peu exagérées. On crie déjà au « Waterloo ». L’economie chinoise est au ralentie c’est vraie et cela est de même pour presque toutes les autres nations. L’Amérique est en train de donner des signes de vie au travers de son marché du travail. L’Europe se débat pour ne pas sombrer encore dans une autre récession. L’Inde, le  concurrent asiatique de la Chine a du vertige en voulant réduire une inflation élevée  qui caracole  avec un ralentissement de la croissance économique (phénomène de stagflation) !

Ce que la Chine vit, est selon moi un phénomène normal de ralentissement d’une economie ! Tenez-vous bien, connaitre en près de 10 ans un taux de croissance moyen aux alentours des 10%, n’est pas éternel. Quelque part le système commence à plier l’échine ! Beaucoup oublient aussi que ce qui se passe est un changement structurel de l’economie. La force de l’economie de l’exportation (faible cout de production) a sorti de la pauvreté une grande partie de la population, créant ainsi l’émergence d’une classe moyenne nantie, celle-ci ayant un appétit croissant pour les biens et services importés. Cet appétit des biens importés, est la raison pour laquelle, le surplus de la balance commerciale est passé de 11% en 2007 à 3% du PIB en 2011. La Chine est donc en train de passer d’une economie extravertie (exportations) à une economie de consommation (américanisation de son economie). Quant au déficit récent du compte courant, aussi longtemps que le taux de croissance reste élevé, il ne faut  pas s’inquiéter.  Quant au vieux débat de  la monnaie étant sous-évaluée, cela ne tiendra plus.  La hausse des salaires et couts de productions a créé une réévaluation interne de la monnaie chinoise, affectant indirectement la compétitivité des produits d’exportations : dans peu de temps « Made in China » ne pourra plus signifier un produit a « bon prix ».

Francis Konan

Conseiller éditorial Les Afriques,

Diplômé de l’Université d’économie et de gestion de Vienne (Autriche), diplômé de l’Institut des études avancées de Vienne (Autriche), diplômé de la Faculté des sciences économiques & gestion de l’université d’Abidjan (Cocody). Pour tous les commentaires suivez mon blog : frkonan.wordpress.com

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s